£0.000

.

Table ronde contre la pauvreté infantile

Ce projet s’adresse aux enfants de 0 à 12 ans, résidant sur la commune

En décembre 2013, le CPAS de Genappe initiait la mise en place des Tables Rondes « contre la Pauvreté Infantile », dont l’objectif était de réunir les différents acteurs de terrain autour de la problématique de la précarité infantile au sens large (précarité sociale, financière,….)
Ces tables rondes organisées à raison d’une réunion tous les 2 mois ont permis de rassembler une cinquantaine d’intervenants sociaux issus de 26 institutions en contact avec les enfants de 0 à 12 ans. Si dans un premier temps, ces rencontres ont été l’occasion de mieux connaitre les différents intervenants, celles-ci ont également permis de se rassembler autour de thématiques particulières (systémique familiale, présentation du Tribunal de la Famille,….) et de mettre sur pied différents projets.

En janvier 2014, dans la lignée de la mise en place des tables rondes, le CPAS de Genappe répondait à un appel à projet du SPF Intégration Sociale et s’est vu octroyer un subside de 25 000 euros permettant la conduction de ces réunions ainsi que la mise en place d’un Référent Enfance sur la commune. L’action du « référent enfance » n’est donc pas limitée aux seules familles connues par le CPAS mais concerne l’ensemble des familles de l’entité de Genappe, touchées par la des difficultés. Il s’adresse aux enfants âgés de 0 à 12 ans.  Afin de faire connaître le rôle du « Référent Enfance », le CPAS de Genappe a édité une brochure intitulée « Guide pour garder le sourire » qui est distribué à tous les élèves fréquentant une école à Genappe tous réseaux confondus.

Le CPAS de Genappe espère, au travers du petit guide, sensibiliser les acteurs de terrain ainsi que les familles quant aux problématiques de précarité au sens large et permettre d’accroitre les collaborations avec le Référent Enfance.Des tables rondes, plusieurs projets ont également émergé dont la réalisation d’une journée « pour garder le sourire » de la citoyenneté ayant pour objectif l’inclusion sociale de l’enfant au sein de sa commune. La finalité est de permettre à chaque enfant de prendre connaissance des différents services se trouvant sur la commune auxquels l’enfant et sa famille pourraient faire appel.  Le 24 avril dernier, les enfants de 4ème primaire de toutes les écoles de Genappe ont été invités à participer à cette journée citoyenne sous forme d’un parcours découverte. Les enfants ont été amenés à visiter les différentes institutions partenaires de la journée à savoir : l’administration communale, l’enseignement, l’académie de musique, le Centre de lecture publique, l’AMO «  Tempo », Le Centre d’Expression et de Créativité « Les Ateliers du Lez’Arts », le Centre Culturel et le CPAS.

L’objectif de la table ronde de lutte contre la pauvreté infantile est bel et bien d’aller au-delà des clivages, de permettre aux différentes structures de travailler dans un réel partenariat et de toucher tous les enfants qui en ont besoin. L’apport d’éventuels fonds dégagés par ce projet constitue donc l’opportunité d’apporter une envergure inégalée au niveau local dans l’approche de cette problématique

Les objectifs de la Table ronde de lutte contre la pauvreté infantile sont mis en œuvre par un « Référent Enfance », qui se charge de différentes missions :

1.    Réaliser la coordination des « tables rondes » et favoriser le travail en réseau.
Trois axes ont émergé lors de la première « table ronde » :
– L’accès à la culture et aux sports (vie sociale et culturelle),
– La réussite scolaire,
– Et enfin la santé et l’alimentation.
Ces thèmes sont des titres « généralistes », qui reprennent des sous-rubriques telles que l’addiction aux écrans, la violence, la restauration d’un lien positif avec l’école, l’image de soi, etc…

2.    En plus du travail de coordination des tables rondes existantes, le « Référent Enfance » est chargé d’évaluer la situation sur la commune, établir une photographie de la pauvreté infantile afin d’agir là où cela s’avère nécessaire. Une estimation actuelle, basée sur une étude de l’IWEPS, chiffre déjà à 300 le nombre d’enfants en situation précaire sur le territoire communal. Or, au travers de ses actions, le CPAS n’atteint actuellement que 80 enfants.

3.    Le « Référent Enfance » est un facilitateur de communication entre les différents intervenants. Sa tâche est comparable à celle d’une « Personne-Relais », sorte de « délégué communal aux droits de l’enfant » au niveau communal. Cet assistant social est l’interlocuteur privilégié des familles en ce qui concerne les questions relatives aux enfants, et également des différents acteurs en contact avec les enfants. Sa connaissance du réseau social lui permet d’orienter rapidement les situations vers les intervenants adéquats. Il est donc amené à être « l’interface » entre le personnel enseignant, le personnel des crèches, les responsables de clubs sportifs et autres intervenants locaux…

4.    Mise en place de formations spécifiques : une formation/sensibilisation pour le personnel enseignant, de l’accueil extrascolaire et des crèches de la commune sera organisée. Celle-ci traitera de la problématique et visera à permettre de détecter les situations difficiles, de mieux les aborder et d’amener la personne à recevoir l’aide nécessaire dans le respect.
Le projet vise à atteindre les enfants de 0 à 12 ans, qui résident sur le territoire communal et qui en ont besoin. Il parait également fondamental d’amener les parents à scolariser régulièrement les enfants dès les maternelles, augmentant ainsi leurs chances d’intégration et de réussite à l’école primaire.

Les partenaires de « La table ronde contre la pauvreté infantile » associés au projet sont:

Le CPAS de Genappe, la Ville de Genappe, le CPAS de Nivelles via son Centre de guidance, l’école Saint-Jean, les écoles communales d’Houtain-le-Val, Baisy-Thy, Loupoigne et Genappe, l’académie de musique, la bibliothèque, les ateliers du Léz’Arts, la Maison de la Laïcité Galilée, l’ONE, le SAJ (service d’aide à la jeunesse) de Nivelles, le SPJ (service de protection judiciaire) de Nivelles, l’ASBL Aide Enfants-Familles Brabant Wallon, le SAIE (service d’aide et d’intervention éducative) « Le Traversier », l’AMO « A l’Uche », le PMS Provincial, l’association des médecins généralistes de Genappe, l’association Saint-Vincent de Paul, la maison communale d’accueil « Les Flibustiers », les clubs  de football d’Houtain-le-Val et de Ways, ainsi que le responsable du PCS (Plan de Cohésion Sociale) de Genappe.