Appel aux candidats locataires
mai 8, 2014
Quels besoins pour les plus de 65 ans ?
novembre 20, 2018

L’histoire du CPAS, une aventure passionnante

Cet ouvrage marque le quarantième anniversaire de la création du Centre Public d’Action Sociale de Genappe en 1977… Non, pas seulement… En réalité, ce quarantième anniversaire de la création des C.P.A.S. en Belgique fut l’opportunité de dégager une belle collaboration avec Gaston Braive, Professeur émérite des Facultés universitaires Saint-Louis depuis octobre 2003, et surtout, auteur prolifique depuis 1989 sur de nombreux sujets liés à l’histoire de Genappe et de ses villages. Au départ, le C.P.A.S. sollicite Gaston Braive pour investiguer l’histoire du bâtiment au travers des riches archives du Centre afin d’organiser une visite historique à l’occasion des journées du patrimoine. Enthousiaste, Gaston passe de nombreuses journées dans le bureau d’archives à ausculter de nombreux documents dont les plus anciens remontent au Moyen Âge. À titre d’exemple, l’auteur mentionne : « L’origine spirituelle des legs depuis le Moyen Âge est importante, car ces legs, considérés comme sacrés, furent préservés à travers les âges au point d’en retrouver certains signalés dans l’Atlas des terres du Bureau de Bienfaisance de Genappe en 1846, voire dans le patrimoine des C.A.P. ou C.P.A.S. aux 20e et 21e siècles. » (op. cit. pg 12).

Vous l’aurez compris, les découvertes succèdent aux découvertes, les trouvailles aux trouvailles. L’enthousiasme autour des archives et les recherches menées nous amènent à la même conclusion : la publication d’un ouvrage est incontournable pour la qualité de la recherche, pour la mémoire de l’institution mais également pour découvrir les origines de l’action sociale. Cet ouvrage aborde donc l’histoire d’un bâtiment, d’une institution depuis la Table des Pauvres au Moyen-Âge, de la maison de Notaire de 1800 et de l’Hospice de 1878 jusqu’au C.P.A.S. d’aujourd’hui.

Cette histoire est passionnante car la situation de Genappe est unique : « A Genappe cependant, la situation était très particulière et différente de celles existantes dans toutes les autres paroisses de la région, car jusqu’en 1836 c’est-à-dire pendant tout le Moyen Âge, les Temps modernes et un demi-siècle de la Période contemporaine, la ville de Genappe… ne posséda pas de paroisse et donc pas de Table des pauvres paroissiale ! » (op. cit. pg 12). Un dispositif particulier sera mis en place… Aussi, je vous invite à découvrir la suite dans cet ouvrage passionnant qui ravira les amateurs d’histoire, les citoyens de « souche » de Genappe, mais aussi et surtout les citoyens, les travailleurs et les mandataires impliqués dans l’action sociale. Cet ouvrage nous emmène aux origines de l’aide sociale, qui au premier degré nous paraît bien différente, mais à force de remonter le cours de l’histoire, vous pourrez comprendre pourquoi le législateur contemporain a inscrit en lettres d’or, dans la loi du 8 juillet 1976 (organique des C.P.A.S.) en son article 1 : « Toute personne a droit à l’aide sociale. Celle-ci a pour but de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine. ».

Merci Gaston, d’avoir mis en lumière, au travers de cette magnifique publication, les origines de ce principe universel dans notre région.

Vincent Girboux
Président du C.P.A.S